Dans le silence de l’abjection, en France et dans toute l’Europe, le génocide par substitution se poursuit, et même il s’accélère. Partout les peuples indigènes sont livrés et abandonnés à la submersion ethnique, appelée, encouragée, installée et répartie sur tout le territoire par leurs maîtres. Les fêtes de Noël et du Nouvel An sont l’occasion de resserrer le bâillon autour des rares qui osent pousser un cri d’alarme, tenter de réveiller les populations hébétées, protester de toutes leurs forces. Les réseaux sociaux, où l’on avait cru un moment voir un espace de liberté contre la machine à broyer les hommes, les peuples, les civilisations et les races, révèlent leur appartenance de fait, trop prévisible, aux mécanismes planétaires du remplacisme global. Les comptes des résistants y sont supprimés ou suspendus un à un, sans même qu’il soit fait recours aux vieux prétextes de “racisme” ou “d’incitation à la haine de l’autre”, qui n’abusaient plus personne. C’est aujourd’hui le compte Facebook de Renaud Camus, le président du Conseil National de la Résistance Européenne, qui est suspendu pour un mois, sans qu’aucune raison en soit donnée — preuve supplémentaire, s’il en fallait, que l’issue ne sera pas politique : il n’y a pas de politique possible dans ces conditions.


Retourner à la liste des communiqués.