Avant même de tout savoir à son sujet, le Conseil National de la Résistance Européenne condamne fermement et sans réserve, il va sans dire, l’attentat qui vient d’être perpétré à Bayonne, aux abords ou à l’intérieur d’une mosquée. Il souhaite ardemment que puissent être sauvées les vies des deux victimes dont les jours, nous dit-on à cette heure, sont en danger. Ce sont précisément les horreurs de cette sorte, quelles qu’en soient les victimes et quels que soient les idéologies, les convictions ou les sentiments de leurs criminels auteurs, qui l’ont convaincu de longue date qu’il n’était d’autre issue, au meurtrier vivre ensemble, qu’un Grand Rapatriement, seule réponse humaine au Grand Remplacement qui puisse encore éviter des fleuves de sang.