De tous les discours morts, c’est-à-dire qui ne touchent plus par aucun angle ni par aucun mot à la réalité des choses, de tous ces discours-là les discours sur les “politiques de la Ville”, les “plans banlieue” et les propos et propositions de M. Jean-Louis Borloo sont sans doute les plus morts — à la possible exception des considérations sur les prisons et sur la “surpopulation carcérale”.

Il n’y a pas de plan banlieue, il n’y a pas de politique de la Ville et il n’y a guère de Jean-Louis Borloo. Il y a un peuple livré par des traîtres à l’invasion et à la colonisation étrangère, il y a la conquête et l’occupation de parts sans cesse croissantes du territoire national, il y a le changement précipité de culture et de civilisation ; il y surtout le forfait abominable du remplacement ethnique et du génocide par substitution, crime contre l’humanité par excellence du XXIe siècle, que tous ceux qui ont droit à la parole s’entendent pour taire et pour étouffer en même temps qu’ils le laissent perpétrer, qu’ils le commettent eux-mêmes ou bien qu’ils l’organisent.

Que le plan de M. Borloo coûte des fortunes inimaginables est paradoxalement secondaire. C’est le tribut qu’ont toujours dû verser tous les vaincus, pour tâcher en vain d’avoir la paix. Ce plan coûterait-il davantage il ne permettrait que plus de destructions encore, plus d’écoles saccagées, plus de médiathèques incendiées, plus d’églises profanées, plus de juifs pourchassés, plus de soumission, de servitude et d’humiliations pour notre peuple. La réalité des peuples est ce qui résiste le plus obstinément et sourdement au règne du faux : et tout ce qui permettrait de dire quelque chose d’un peu vrai de la ville et de la banlieue, ce serait de reconnaître que des peuples s’y affrontent, les uns pour la survie, les autres pour la conquête et la substitution, le Grand Remplacement.

Un dixième de ce que coûterait le plan Borloo permettrait la seule solution réaliste et digne, à savoir la libération du territoire, la décolonisation, le départ de l’occupant — autant dire la remigration.


Consulter la liste des communiqués.