À peine les jeunes gens de Génération Identitaire ont-ils défrayé la chronique, et suscité l’admiration de tous les antiremplacistes, en bloquant aux cohortes de remplaçants un col des Alpes, voici qu’un groupe d’ultra-remplacistes “No Borders”, à quelques lieues de là, en escorte vers la France un fort contingent, qui bientôt défie les gendarmes, et les force à reculer.

La première action, pourtant parfaitement conforme aux lois éternelles de toute nation constituée, qui n’a pas d’existence si elle ne défend pas ses frontières, a suscité la réprobation presque unanime de toute la caste politico-médiatique : c’est-à-dire du pouvoir remplaciste en ses deux incarnations jumelles, le gouvernement et ses médias, les médias et leur gouvernement. La seconde entreprise, en revanche, pourtant défi caractérisé et violent à la loi et à ses défenseurs présumés, n’entraîne, elle, de la part des mêmes voix autorisées, et seules autorisées, aucune condamnation audible. Défendre les frontières est horrible, dans le monde à l’envers du remplacisme global ; les transgresser, fût-ce en bousculant les gendarmes, est digne de tous les éloges.

La preuve est faite, s’il en était encore besoin. Les indigènes de France et d’Europe sont gouvernés et informés par des puissances qui ont juré leur perte. La loi et la justice, l’égalité prétendue des droits et des traitements infligés, l’objectivité dans les jugements portés, tout cela n’est absolument rien face à l’exigence première de tout pouvoir constitué en Europe occidentale aujourd’hui : changer de peuple, broyer les différences, livrer à l’Afrique le continent, son territoire et sa population, veiller à assurer l’étalement régulier de la Matière Humaine Indifférenciée en mouvement et en formation. Les peuples indigènes, malgré leur hébétude soigneusement inculquée et entretenue, approuvent majoritairement le geste des Identitaires ; mais journalistes et personnel politique sont unanimes contre eux : ce sont les passeurs et autres défenseurs des flux de livraison humaine qui doivent faire l’objet de toutes les indulgences et de tous les encouragements, qu’ils soient exprimés ou tacites. Pour le remplacisme, en effet, peu importe la loi et le respect de l’ordre public : tout ce qui sert le Grand Remplacement est bon : tout ce qui prétend s’y opposer doit être vilipendé haineusement. Les usines à MHI, celles qui fournissent le bidonville global, seront alimentées coûte que coûte.


Consulter la liste des communiqués.