Nous avons obtenu ce que nous voulions, ou plutôt nous avons empêché ce dont nous ne voulions à aucun prix. Médine ne se produira pas au Bataclan. Beaucoup, et notamment parmi les amis de Médine, font remarquer qu’il se produira au Zénith, que c’est une salle beaucoup plus grande, et qu’il gagnera beaucoup plus d’argent. Ceux-là, dans leur vulgarité et leur bassesse, ne font que révéler qu’ils n’ont toujours rien compris à ce qui était engagé, et qui est de l’ordre du sacré. Quarante mille ans d’échange ne permettraient pas de s’entendre, entre eux et nous.

Un autre enseignement de l’épisode c’est que les partis politiques, même soi-disant proches ou plus ou moins proches des Réfractaires, n’ont joué aucun rôle dans ce combat et se ridiculisent, maintenant qu’il est gagné, en prétendant s’y attribuer le beau rôle. La preuve est faite que deux aspirations qui n’en font qu’une disqualifient radicalement pour défendre les intérêts de la France et de son peuple : vouloir l’approbation, la compréhension ou seulement la tolérance des médias ; souhaiter participer au jeu des partis. Les médias et les partis ne sont au service que d’une chose, le changement de peuple, l’industrie de l’homme, les usines à Matière Humaine Indifférenciée. Même ceux qui sont censés nous être favorables ont peur de sortir du jeu car ils lui doivent tous leurs petits conforts, et leur résignation au pire.


Consulter la liste des communiqués.