Le jour même, hier, dimanche 19 janvier 2020, où la chaîne remplaciste France 2 était plus ou moins contrainte, sous la pression des événements et de la réalité, de reconnaître que les pompiers faisaient l’objet, de la part de l’Occupant (toutefois jamais nommé, bien entendu), d’une hostilité, d’une haine et de violences inouïes, impliquant un état permanent de guerre de conquête, le même média, sans doute pour compenser cette concession bien rare à la vérité, développait très longuement un autre sujet. Il s’agissait de la publicité et de la mode qui, selon France 2, feraient une place très insuffisante à la “diversité”.

La publicité est depuis des lustres un des plus acharnés promoteurs du Grand Remplacement, du changement de peuple et du génocide par substitution. Elle obsède les Français et les Européens, vingt-quatre heures sur vingt-quatre, par ses suggestions à peine subliminales d’effacement, de disparition dans le broyage universel, de liquidation finale dans la Matière Humaine Indifférenciée, au profit des industries de l’homme. Mais pour France 2 cette propagande de tous les instants en faveur de l’auto-éradication n’est pas encore assez, il faut aller plus loin dans l’oblitération d’un peuple, sa substitution imposée.

Le comble est que cette campagne est menée au nom d’une morale prétendue. Remplacer un peuple sur son propre territoire serait une véritable exigence éthique, que des criminels et des traîtres vantent sereinement devant les caméras, en croyant étaler leur belle âme. Tout juste peut-on se féliciter que cette morale à l’envers, cette morale du génocide, ne soit pas universelle : car partout ailleurs qu’en Europe, et pour tous les autres peuples de la terre, s’ils y étaient soumis, elle n’inspirerait que l’abomination et le dégoût qu’elle mérite.