Que ce soit au niveau national — excepté pour les pays du pacte de Visegrád et maintenant pour l’Autriche — ou supranational, les Européens indigènes et assimilés sont gouvernés par des pouvoirs tout à fait résolus à leur perte, et qui ne s’en cachent plus. Le commissaire européen à l’immigration, M. Dimitris Avramopoulos, vient de déclarer que l’immigration n’allait jamais cesser, que l’immigration de masse serait désormais la norme, au contraire, et que les migrants « étaient là pour rester ». Il n’est absolument plus question de “réfugiés”. Le Grand Remplacement, s’il n’est pas tout à fait nommé, est très clairement et même fièrement assumé. Il est présenté comme étant une exigence à la fois morale, économique et démographique. S’il est bien question de “protection”, c’est à l’égard du colonisateur, pas de l’indigène. Celui-ci est donc pris entre deux projets totalitaires parfaitement explicites, et pour l’instant complices : celui de l’islam, qui est de le soumettre, et celui de Bruxelles, qui est de le remplacer — ou de le noyer dans la masse de ce que les maires des grands villes de France appellent désormais, très explicitement eux aussi, les “nouveaux habitants”. Tout est donc parfaitement clair. Dans ces conditions la révolte devient, pour les peuples européens, une affaire de vie ou de mort.


Retourner à la liste des communiqués.