À un mois de la date prévue pour la soirée du rappeur islamisant Médine au Bataclan, dans le sang des massacrés du 13 novembre 2015, cette programmation aberrante et inimaginable n’a toujours pas été retirée, malgré les demandes pressantes adressées aussi bien aux autorités françaises qu’à la direction de la salle (de propriété indirectement qatari, il est vrai…). Le cauchemar de cette profanation inouïe n’est toujours pas écarté. Dans ces conditions, la perspective d’une manifestation pacifique, et même de deux si nécessaire, est elle aussi plus présente que jamais. Le complexe médiatico-politique remplaciste, qui décide de l’actualité et même de la réalité des choses, fait tout pour que le scandale et la réaction d’horreur, d’indignation et de fureur qu’ils suscitent soient étouffés. Notre devoir est de faire en sorte, précisément, qu’ils ne le soient pas. Jamais ceux qui sont attachés à la conservation de notre pays, à l’honneur de notre peuple et à la survie de notre civilisation n’auront motif plus évident, plus éclatant, plus révoltant, de s’unir enfin et d’oublier de vaines querelles qui ne sont plus de saison. Empêcher ce sacrilège laïque, cette insulte aux morts, cette gifle au visage de la France — Médine au Bataclan —, ça n’a rien à voir avec la politique, et moins encore avec une quelconque “extrême droite”, ou pis encore, qu’affecte de dénoncer le pouvoir idéologique et policier à seule fin de déconsidérer ou décourager le mouvement de révolte. Ce sont tous les Français qui doivent s’annoncer présents et se tenir à leur parole, à peine de la perdre à jamais.


Consulter la liste des communiqués.