Les pompiers manifestent aujourd’hui à Paris et dans toute la France pour protester contre leurs nouvelles conditions de travail, les violences qui leur sont faites, les pièges qui leurs sont tendus, les dangers qu’il courent et qui sont bien loin de se limiter désormais aux sinistres divers qu’ils ont à affronter.

Les pompiers sont depuis toujours chers à tous les Français. En des milliers de circonstances ils ont témoigné un courage et un dévouement qui ont fait l’admiration de nos concitoyens. Or, l’occasion leur est donnée aujourd’hui de faire preuve d’un courage encore plus grand. S’ils acceptaient, les premiers, de rompre officiellement le silence, ils se couvriraient de gloire et ils s’acquerraient une reconnaissance éternelle. Qu’ils acceptent d’être l’enfant du conte d’Andersen, “Les habits neufs de l’empereur”. Qu’ils disent que le roi est nu. Qu’ils articulent enfin l’évidence qui crève les yeux de tous, et le cœur des populations indigènes.

Le négationnisme aujourd’hui, c’est la négation du Grand Remplacement, du changement de peuple et de civilisation, du génocide par substitution. Ce qui rend la tâche des pompiers impossible ce n’est pas, ou ce n’est que très accessoirement, le manque de moyens : c’est la conquête étrangère, c’est la colonisation africaine, c’est l’islamisation, c’est la présence, sur le territoire national occupé, de hordes sauvages et haineuses aux yeux de qui les pompiers, comme les médecins, comme la police, sont les ultimes représentants officiels du peuple indigène à soumettre. Nier ces évidences n’est pas seulement un crime, c’est un mensonge ridicule.