Ce que le pouvoir remplaciste appelle le “terrorisme islamique” a encore frappé, cette fois à Carcassonne et à Trèbes dans l’Aude, et fait de nouvelles victimes. Si l’on en croyait les analyses officielles, qu’elles proviennent de la branche médiatique ou de la branche politique du pouvoir, on aurait affaire à une série d’actes criminels isolés, commis par des individus “radicalisés”, certes nombreux, trop nombreux, mais malgré tout marginaux, peu représentatifs. Cette analyse est totalement erronée ou menteuse, comme tout le reste sous le règne du faux, tel que l’impose le remplacisme global. Il n’y a pas de “terrorisme”, pas plus qu’il n’y en avait au temps de la première guerre d’Algérie, celle qui se déroulait en Algérie. Il n’y a pas d’“événements”, il n’y a pas d’“attentats”, il n’y a pas de regrettables incidents qui vont passer. Il y un guerre de conquête, comme il y avait en Algérie une guerre de libération. Il y a un envahisseur, un colonisateur, un occupant et des forces occupantes, dont les brigades d’intervention les plus violentes exécutent de temps en temps quelques otages, comme l’ont toujours fait tous les occupants depuis que le monde est monde. La guerre de libération, c’est cette fois aux Français de la mener. “Pas d’amalgame !”, leur serine-t-on en essayant de ne pas rire. Ils sont bien d’accord. Ce dont ils ne veulent plus entendre parler c’est de ce premier et de ce pire des amalgames, ce mélange forcé, cette bouillie, le “vivre-ensemble”, un mourir un par un, sous les balles, les coups de couteau ou les humiliations.


Consulter la liste des communiqués.