Les commissariats sont attaqués au mortier. Presque tous les jours des policiers sont attaqués, parfois avec leurs propres armes, et leur vie gravement menacée. Le Cloaque et l’ensemble du parti génocidaire présentent évidemment tout cela comme une série de faits-divers qui appellent un pur et simple rétablissement de l’ordre, à la rigueur des sanctions plus sévères, et bien sûr une politique de la Ville plus généreuse et plus structurée.

Une telle façon de présenter les événements relève éminemment du négationnisme de masse, et le constitue. La vérité n’a rien à voir avec une quelconque activité rancunière et délictueuse des “jeunes”, des fameux “jeunes”. Elle est la brutalité sans cesse croissante de l’occupant, de la colonisation, du génocide à l’homme, c’est-à-dire par submersion migratoire et noyade démographique d’une civilisation et d’un peuple.