L’affaire de l’“Aquarius”, ce vaisseau empli de “migrants” sauvés en mer et qui peine à trouver en Europe un port où accoster, est caractéristique de la rivalité très inégale des deux récits qui s’opposent à propos de la “crise migratoire”.

C’est d’abord le récit infiniment majoritaire, celui qui a pour lui tous les médias subventionnés et tous les pouvoirs institués, le récit immigrationniste et remplaciste, selon lequel lesdits “migrants” seraient des réfugiés errant désespérément sur les mers pour trouver un port qui les accueille sur les rivages d’une Europe égoïste et fermée : les références implicites, soigneusement cultivées, sont au “Vaisseau fantôme” et à “Exodus”.

C’est ensuite, en face, infiniment minoritaire et traqué, insulté, maudit, le récit antiremplaciste, selon lequel les mêmes “migrants”, bien plus que des réfugiés, si tant est qu’il s’en trouve parmi eux, sont des remplaçants, la matière humaine de substitution des industries du remplacisme global, jetés sur les flots par la nouvelle que l’Europe est à eux, qu’ils peuvent venir y profiter de l’histoire des autres plutôt que d’imposer leur marque à la leur dans leur propre pays.

Le premier de ces récits est faux, c’est une création pure, imposé aux Européens délibérément hébétés par la davocratie directe, la gestion sans intermédiaire du parc humain par Davos : c’est le faussel, le réel inversé, le réel faux. Le second est vrai, c’est le vréel, celui où l’on se cogne et où l’on se noie. On remarquera que le premier n’essaie même plus de paraître vrai. Il se sent assez fort, assez maître de toutes les usines à hébétude, pour pouvoir se permettre de se montrer négligent. Ainsi il est fort peu question ces jours-ci des origines des passagers de l’“Aquarius”, et de leur motifs pour se précipiter vers l’Europe. Il suffit qu’ils soient réfugiés de leur naufrage en chemin, celui qu’ils doivent à leur rôle d’instrument dans le crime de la substitution ethnique, du changement de peuple et de civilisation. Qu’un port en Europe leur soit ouvert, il en viendra des centaines de milliers d’autres. C’est cela, le genre de nouvelles qui les met en mouvement — bien plus que la guerre, la misère ou les persécutions.


Consulter la liste des communiqués.