La plupart des mairies de France, et notamment les mairies rurales, ouvrent, à l’occasion de la crise des Gilets jaunes, des registres ou cahiers de doléances, où les Français sont invités à venir faire état de leurs principaux sujets de préoccupation et de leurs idées pour une amélioration du triste état de notre pays. En ce jour où le soixante-dixième anniversaire de la Déclaration universelle des Droits de l’homme est sinistrement “fêté” par la signature de l’ignominieux “Pacte de Marrakech”, qui consacre officiellement les droits de la Terre entière à notre pays et à tous les pays d’Europe, et proclame même l’interdiction de s’y opposer, le Conseil National de la Résistance Européenne invite tous ses sympathisants et tous les Français à exprimer sur ces registres municipaux leur horreur et leur douleur de voir notre patrie et notre continent livrés délibérément à l’invasion, soumis de force à l’occupation étrangère, exposés sans défense à la colonisation africaine, à l’islamisation, au changement de peuple et de civilisation, au génocide par substitution.

L’occasion est trop belle de parler ou d’écrire enfin, pour tous ceux qui estiment comme nous que le Grand Remplacement est de très loin la question principale, et que toutes les autres, même les plus graves, même et surtout les plus pressantes, sont secondaires par rapport à celle-là et en dépendent étroitement. Il faut révéler les Gilets jaunes à eux-mêmes. Les cahiers de doléances sont un moyen de leur faire comprendre, et de faire comprendre à l’ensemble de nos compatriotes, que le sort qui leur est fait est le résultat d’un conception du monde, purement économique et financière, le remplacisme global, qui partout broie l’homme et l’étale sur toute la surface du globe comme une Matière Humaine Indifférenciée. C’est le même système qui les prolétarise et qui les remplace. C’est d’ailleurs parce qu’il les prolétarise, les réduit à la misère ou à la gêne, les détruit par le travail, le chômage, l’absence de sens et d’espoir, qu’il les rend remplaçables et remplacés. Dites tout cela à vos maires et à tout le pouvoir remplaciste. Refusez l’immigration de masse, la submersion ethnique, la Destruction des Européens d’Europe. Réclamez la remigration, le retour de l’Occupant dans ses foyers, la libération du territoire. Vous pouvez même en appeler au Conseil National de la Résistance Européenne.


Consulter la liste des communiqués.