Les sanctions renforcées contre les maires et les municipalités qui s’avisent de résister à l’obligation du prétendu “logement social” ne sont rien d’autre qu’un redoublement de la tyrannie remplaciste. Il s’agit d’accélérer le changement de peuple et l’étalement régulier, sur tout le territoire national et dans ses moindres recoins, de l’occupant, comme du Nutella, cette allégorie de la Matière Humaine Indifférenciée, objectif suprême du remplacisme global.

À la vérité, tout le monde le sait bien, il n’y a pas de “logement social”, ou si peu : pas plus qu’il n’y a de “quartiers populaires” ; il n’y a guère que du logement racial, et des quartiers dont le peuple indigène a été chassé. L’objectif du pouvoir remplaciste est de loger coûte que coûte les peuples de remplacement et leur innombrable progéniture, quitte à artificialiser toujours plus vite le sol national et à hâter l’avénement de la banlieue universelle. Les maires qui se dérobent au mensonger “logement social” ne sont pas des égoïstes qui veulent se soustraire au devoir d’aider leurs concitoyens les plus démunis ; ce sont des résistants à l’invasion organisée, qui refusent de se rendre complices du crime de substitution ethnique. Ils ont le total soutien du Conseil National de la Résistance Européenne.


Consulter la liste des communiqués.