Les maires de cinq grandes villes de France, parmi lesquels Martine Aubry et Alain Juppé, réclament au gouvernement “plus de moyens” pour accueillir ceux qu’ils appellent indifféremment les “migrants”, les “nouveaux arrivants” et, in fine, les “nouveaux habitants” : tournure nouvelle hautement significative. Il n’est plus question de “réfugiés” — et, de fait, l’immense majorité des clandestins ne sont réfugiés de rien, sinon de l’impéritie de leurs gouvernements, de situations de famille qu’ils jugent insatisfaisantes, de la difficulté à trouver un emploi (comme les Français en France). L’expression de “nouveaux habitants” étale avec un cynisme parfait la volonté de Grand Remplacement, de changement de peuple, de génocide par substitution.

Quant aux “moyens supplémentaires”, ils sont précisément ce qui fait se précipiter en masse les clandestins vers l’Europe : la plupart ne fuient ni la guerre ni même la misère — ils accourent à la nouvelle partout répandue que les gouvernements de l’Europe veulent changer de peuple et sont résolus à de gros investissements pour favoriser les “nouveaux habitants” sur les anciens.


Retourner à la liste des communiqués.