Le CNRE s’associe avec enthousiasme à l’initiative d’un de ses membres les plus éminents, le général Piquemal, qui a proposé à tous les patriotes, il y a plusieurs semaines déjà, un rendez-vous dominical régulier, à dix heures, sur le seuil des églises ou devant les monuments aux Morts. Les monuments aux Morts sont des sites plus précis, il n’y en a qu’un par commune, et l’engagement, bien qu’éminemment civilisationnel, n’est pas nécessairement confessionnel.

Vous êtes accablés par le spectacle qu’offre aujourd’hui notre pays livré à l’invasion, aux violences et aux exigences insatiables des populations de remplacement ; vous refusez le changement de peuple et de civilisation, le Grand Remplacement, le génocide par substitution ; vous êtes hostiles au remplacisme global, à la gestion du parc humain par Davos, les gafas, les grands intérêts financiers, la conception purement économiste de la marche du monde ; vous n’en pouvez plus du renversement systématique de tout, à commencer par le sens des mots, occupants qui se disent “indigènes“ alors que les seuls indigènes c’est vous, colonisateurs qui se prétendent “décoloniaux” alors que les seuls adversaires de la colonisation en cours c’est vous, écologistes prétendus qui s’acharnent contre la biodiversité humaine et contre la beauté du monde à force d’éoliennes : le CNRE, en liaison avec tous les mouvement et toutes les associations dont les présidents sont ses membres, vous donne rendez-vous tous les dimanches à dix heures devant les monuments aux Morts.

Peut-être y serez-vous seul, surtout au début. Le rendez-vous sera alors avec les Morts, avec la France, avec notre civilisation menacée et ceux qui l’ont défendue avant vous, avec nous tous qui seront avec vous en pensée et en action. En ce cas-là, méditez, concevez des projets et des liens. Si vous êtes deux ou davantage, faites connaissance, échangez des idées, mettez sur pied des initiatives et des actions, élargissez vos groupes, adhérez à ceux qui existent déjà ou bien directement aux Partisans du CNRE. Témoignez. Révoltez-vous. Ne restez pas sans réagir face à ceux qui livrent notre pays et à ceux qui l’occupent.