“Urgentistes”, infirmières, policiers, professeurs, conducteurs de bus et tant d’autres encore, tous ont été soigneusement dressés par les exigences du remplacisme davocratique à ne surtout pas nommer, sous aucun prétexte, ce qui rend impossible et souvent très dangereux l’exercice de leur profession et le simple fonctionnement normal des services et des institutions dans lesquels ils exercent leurs métiers : à savoir le changement de race. Ces services et ces institutions ont été préparés pour certains peuples, et surtout certains peuples ont été préparés pour eux, à les comprendre, à les aimer, à voir ce qu’impliquait leur bonne marche d’avantages et de sacrifices, de comportements adéquats, d’in-nocence. Avec d’autres peuples ils ne peuvent que s’effondrer, et c’est ce qui arrive, tandis que s’instaure entre les ruines de l’ancienne société le bidonville global, impuissant, hyperviolent, hébété. Il n’y a d’autre remède à cet état de fait que la décolonisation, la libération du territoire, la remigration.


Consulter la liste des communiqués.