À Londres, grande capitale musulmane, les couteaux parlent encore plus fort qu’à Paris, les meurtres, les défigurations et les égorgements sont devenus un mode de vie, le réensauvagement de l’espèce instaure une barbarie de proximité qu’imitent à l’envi les autres capitales, et tout le continent européen. Partout remontent des profondeurs, dans le sang, les refoulés du Grand Remplacement, la race, la religion, les appartenances, la conquête, le choc des civilisations, tout ce que la tyrannie remplaciste essaie de dissimuler de plus en plus ridiculement sous la rubrique du “social”, en proposant encore et encore, en somme, de “repeindre les escaliers”, c’est-à-dire de jeter l’argent par les fenêtres en versant à l’occupant son tribut toujours augmenté de maître chanteur. Ces palinodies n’abusent plus personne, même les ministres de l’Intérieur prennent la fuite. Les indigènes de l’Europe, promis au massacre, et qui passent de plus en plus nettement du génocide par substitution au génocide tout court, à la machette, ne feront pas l’économie de la révolte, contre ceux qui les ont livrés et contre ceux qui les assassinent un à un, quand ce n’est pas en masse à la kalashnikov. L’issue n’a qu’un seul nom, que le CNRE est seul à prononcer : remigration.


Consulter la liste des communiqués.