Mohamed Tataï, l’imam de Toulouse, c’est-à-dire de la ville même où Mohamed Merah s’est livré au massacre de plusieurs enfants juifs et de deux soldats de nos troupes, prône publiquement, quoiqu’en arabe, quelques années plus tard, la poursuite de l’extermination. Il s’appuie pour ce faire sur des textes coraniques bien connus, ce qui montre une fois de plus l’absurdité de la distinction tant vantée entre islam prétendument “modéré” et islamisme “radicalisé”, salafiste ou autre. Il est d’ailleurs très significatif à cet égard que le recteur de la grande mosquée de Paris, Dalil Boubakeur, soutienne apparemment sans état d’âme Mohamed Tataï. Il n’y a qu’un islamisme, celui des textes dits sacrés. La provocation de l’imam de Toulouse, et son incitation à la haine des juifs, en des lieux qui en ont déjà tant subi, ne sont que le rappel de deux évidences affichées : la volonté de conquête sur les chrétiens, la volonté d’extermination pour les juifs. Quant à l’État d’Israël, sa disparition prochaine est annoncée, faute de mieux, par le prophète du Prophète.

Le Conseil National de la Résistance Européenne est le mouvement de la remigration. Remigrer qui ? lui demande-t-on souvent. Les candidatures sont légion. Cependant un premier nom paraît tout trouvé, d’autant que les liens de Mohamed Tataï avec l’Algérie, dont il est originaire, sont étroits.


Consulter la liste des communiqués.