Avec la Hongrie, la Pologne et la Slovénie

Communiqué n° 159, jeudi 19 novembre 2020

Le Conseil National de la Résistance Européenne soutient sans réserve, naturellement, le refus de la Hongrie, de la Pologne et de la Slovénie de souscrire au “plan de relance“ de l’économie européenne, qui en assortit cyniquement les bénéfices éventuels au respect du prétendu “État de droit”. De même que la Convention Internationale des Droits de l’Homme n’est plus rien d’autre, hélas, que la feuille de route du génocide par substitution — son règlement intérieur, son mode d’emploi —, de même le cynique “État de droit” que veut imposer contre espèces sonnantes et trébuchantes l’Union européenne aux moins fortunés de ses membres n’est rien d’autre qu’un nom de code pour le consentement au Grand Remplacement, l’acceptation passive du changement de peuple et de civilisation, la Soumission. Bruxelles promet de dédommager les nations qui se soumettront selon ses vœux à la submersion migratoire, au métissage forcé, à la production industrielle de la Matière Humaine Indifférenciée. Le refus de cet abject marchandage, de la part de pays qui dans un premier temps auraient tout à y gagner économiquement, est tout à l’honneur de ces États et de leurs dirigeants. On ne saurait trop rendre hommage à leur désintéressement et à leur courage.