Méric, Dufour, Médine, Morillo

Communiqué n° 51 du samedi 15 septembre 2018

Les accusés du procès relatif à la mort du jeune Clément Méric ont été condamnés à des peines d’une stupéfiante lourdeur. Sans doute les vues qu’ils soutiennent, ou qu’ils ont soutenues, et les milieux idéologiques auxquels ils ont appartenu, sont fort éloignés des idéaux du Conseil National de la Résistance Européenne. Il reste que l’issue fatale qu’ils se trouvent aujourd’hui devoir expier si durement est celle d’un combat urbain improvisé entre deux groupes rivaux de nature psychologique et hormonale assez semblable, et qu’elle aurait fort bien pu être exactement inverse.