Qu’il n’y a pas et qu’il ne saurait y avoir d’écologie macro-remplaciste

Communiqué n° 78 du mercredi 17 juillet 2019

La ridicule affaire Rugy, et le remplacement en catastrophe du ministre d’État chargé de la transition écologique par Mme le ministre des Transports (qui, elle, vient de remplacer un train régulier de primeurs par trois mille poids lourds… ), illustrent à merveille la dérision de toute prétention à une “politique” “écologique”, de la part d’un gouvernement macronien.